OTHELLO

Littérature, écriture et culture
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Bernard Werber

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Sir Archibald Waters
Othelliste en chef
Othelliste en chef


Nombre de messages : 1715
Age : 43
Localisation : Toujours sur ma montagne ...
Date d'inscription : 23/11/2005

MessageSujet: Bernard Werber   Mar 4 Aoû - 8:59





Arrow Découvrir l'auteur par ses sites :

http://www.arbredespossibles.com

http://www.bernardwerber.com/

http://cosmobranche.free.fr

http://www.syti.net

~~~~~~~~~~~~~
Rêver est une chose douce qui ne coûte rien et qui rassure. ( Tahar Ben Jelloun )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondeenquestions.forumactif.com/index.htm
Sir Archibald Waters
Othelliste en chef
Othelliste en chef


Nombre de messages : 1715
Age : 43
Localisation : Toujours sur ma montagne ...
Date d'inscription : 23/11/2005

MessageSujet: Re: Bernard Werber   Lun 9 Nov - 9:19

Citation :
"La peur de la fin du monde a une fonction sociale"



Auteur d'ouvrages à succès et passionné de science-fiction et de futurologie, l'écrivain Bernard Werber place le sujet de la fin des temps au cœur de son dernier livre, Le Miroir de Cassandre (Albin Michel).

Pour lui, si aucune catastrophe n’est à prévoir, une "nouvelle ère" est inéluctable.




La fin du monde est-elle pour demain?
L’apocalypse pour 2012 est une prédiction populaire, notamment dans les courants "new age", mais elle ne doit pas être interprétée au sens catastrophiste: il va se passer quelque chose selon le calendrier maya, mais cela n’a pas l’air d’un cataclysme, plutôt un changement dans la conscience mondiale, le début d’un nouvel âge.

Que signifie pour vous l’apocalypse?
Le texte fondateur de Saint-Jean sous-entend qu’à la fin du monde le voile sera levé et l’homme verra la vérité. Voir la vérité impliquera que tous ceux qui vivaient dans l’illusion en seront tellement bouleversés que ce sera comme une mort. Cela correspond aussi à l’arcane 13 du tarot, qui représente un squelette. Une carte qui fait peur, mais qui est en fait synonyme de changement complet. L’apocalypse, c’est la chute des puissants qui vivent dans l’arrogance, l’apparition de nouvelles valeurs et non la destruction de la planète avec la collision d’une météorite, par exemple.

Adhérez-vous à d’autres croyances?
J’aime bien la prophétie de Jean de Vézelay, qui fut l’un des premiers templiers. En 1066, il écrit qu’une fois que le monde sera allé au bout de ses erreurs, il apparaîtra, après une période de remise en question douloureuse, une nouvelle manière de gérer les rapports humains: renoncer à la croissance pour passer à la notion d’harmonie. Actuellement, nous vivons avec cette idée qu’il faut toujours croître, être plus nombreux, plus riches, plus puissants. La croissance cause notre destruction.

"Les démocraties sont fragiles"

Les peurs millénaristes ont-elles fait avancer l’humanité?
A l’époque du christianisme, la peur de la fin du monde était très utile. En 999, les prêtres catholiques l’avaient annoncé pour l’an mille. Beaucoup d’aristocrates ont alors donné toutes leurs richesses à l’Eglise en espérant aller au paradis. C’est sur cette peur millénariste que l’Eglise catholique occidentale s’est construit une cagnotte, qui lui a ensuite permis de bâtir les cathédrales.

Certains continuent à croire en ces théories qui ne se produisent jamais.
On ne tient jamais compte du passé, on agite toujours les mêmes craintes. En 2030, on pourra à nouveau nous annoncer une fin prochaine, et on mordra encore à l’hameçon. La peur apocalyptique a une fonction sociale, elle permet de relativiser nos problèmes et du coup nos petits tracas, nos angoisses, nos soucis au boulot et en amour s’estompent. Cela explique aussi le succès des films catastrophe. Ils sont révélateurs des angoisses contemporaines. C’est une forme de catharsis ludique qui permet d’exorciser le mal. Assister à la fin du monde en version condensée nous prépare psychologiquement au pire.

Pourquoi cette prophétie de 2012 a-t-elle autant de succès?
Il y a toujours eu des annonces de fin du monde, peut-être que celle-ci a été cristallisée plus fort du fait d’Internet, qui a exacerbé toutes les paranoïas. La fin du monde en l’an 2000 avait connu un buzz moins important. Beaucoup d’internautes mal intentionnés jouent sur les peurs, versent de l’huile sur le feu. Les démocraties sont fragiles, faciles à déstabiliser en créant une perte de confiance. En temps de crise, c’est démultiplié. C’est pourquoi les théories du complot pullulent sur le Net: on peut y lire que 2012 est une date planifiée par les maîtres du monde, les services secrets, la Nasa… On accorde beaucoup de pouvoirs à la Nasa, tout cela est de l’ordre du fantasme alors que ce sont avant tout des scientifiques.

Ne sommes-nous pas les premiers responsables de notre fin annoncée?
Oui, il n’y a pas besoin d’une collision avec un astéroïde géant pour courir à notre perte. L’homme s’y emploie tout seul. Il n’a de comptes à rendre qu’à lui-même, d’où l’urgence écologique. Mais personne n’a le courage d’évoluer, on préfère attendre qu’une sorte de foudre nous frappe pour secouer la fourmilière et créer un nouvel ordre.

http://www.lejdd.fr/Culture/Cinema/Actualite/La-peur-de-la-fin-du-monde-a-une-fonction-sociale-148504/

~~~~~~~~~~~~~
Rêver est une chose douce qui ne coûte rien et qui rassure. ( Tahar Ben Jelloun )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondeenquestions.forumactif.com/index.htm
Sir Archibald Waters
Othelliste en chef
Othelliste en chef


Nombre de messages : 1715
Age : 43
Localisation : Toujours sur ma montagne ...
Date d'inscription : 23/11/2005

MessageSujet: Re: Bernard Werber   Lun 18 Jan - 11:18

Citation :

Bernard Werber se glisse dans la peau d'une femme



L'auteur de la trilogie des Fourmis (15 millions d'exemplaires vendus) vient de sortir un nouveau roman, Le Miroir de Cassandre* , déjà en tête des box-offices. Entretien avec Bernard Werber.

Lepoint.fr : Avec ce roman moins scientifique, moins fantastique, mais davantage psychologique, vous menez le lecteur sur de nouvelles terres ?

Bernard Werber : Plus qu'à l'action, je m'attache ici à la psychologie. Le roman va plus loin dans l'analyse des personnages, dont j'ai travaillé les couches en profondeur. Cela m'a pris 4 ans. Contrairement aux autres romans, dans lesquels l'action révèle la psychologie des personnages, ici, c'est la pensée de mon héroïne, ses rêves qui font avancer l'intrigue. Au niveau de la construction romanesque, j'ai essayé d'alterner des chapitres où l'on entre dans ses pensées avec ceux où on la voit en pleine action. Le lecteur est dedans et dehors à la fois. L'enjeu est de comprendre mon personnage en profondeur.

Justement, vous vous êtes, pour la première fois, glissé dans la peau d'une femme...

En tant qu'écrivain, je me suis mis à la place de Cassandre Katzenberg, une jeune fille de 17 ans autiste qui n'arrive pas à communiquer avec les autres, mais qui pressent l'avenir. J'ai enquêté auprès de femmes de tout âge pour créer ce personnage. C'est amusant pour un auteur de voir ce que peut ressentir une femme. Ce jeu d'altérité est présent dans tous mes livres. Se mettre à la place de l'autre, c'est une façon de regarder le monde autrement.

Une façon aussi de réhabiliter, à travers ce personnage, les visionnaires qui occupent une part centrale dans votre roman ?

On sait tous que les Cassandre souffrent, parce qu'elles sont obligées de se taire : Cassandre Katzenberg, comme celle de l'Antiquité, la fille de Priam qui reçoit d'Apollon le don de voir le futur, mais aussi la malédiction de ne pas être crue quand elle essaie d'avertir des drames et des malheurs. J'ai voulu dénoncer cette malédiction qui pèse sur les visionnaires, ceux qui possèdent cette capacité à percevoir le futur, mais qui ne s'expriment pas à cause du jugement des autres, cette peur liée au futur que les gens refusent de voir parce qu'il est rempli d'angoisses.

Pourquoi avoir choisi un décor aussi sombre qu'une décharge publique pour dénoncer les travers de notre société ?

Ce dépotoir aux portes de Paris, où survit une tribu de marginaux clochardisés, c'est en quelque sorte la mauvaise conscience du monde, l'endroit où nous mettons nos déchets, ce que nous ne voulons plus voir. J'ai utilisé cette métaphore pour parler des gens différents que l'on refuse d'écouter. Dans notre société, tous ceux qui pensent différemment, tous ceux qui voudraient avertir d'un danger sont immédiatement exclus. Or, ici, c'est dans la saleté que Cassandre va découvrir la lumière et pouvoir imaginer une société idéale.

Cette rédemption est aussi une sorte d'initiation pour le lecteur ?

Dans la peau du personnage, le lecteur va vivre une initiation chamanique : il va connaître les mêmes épreuves et découvrir en lui toute une capacité à percevoir le futur. Qu'on se rassure. Même si mon héroïne vit des choses effroyables, le livre porte un message optimiste, à savoir : pour pouvoir sauver l'humanité, il faut commencer par se sauver soi-même, par se nettoyer. C'est un travail psychanalytique qui consiste à chercher dans son passé, en soi. C'est seulement une fois que l'on a fait cette paix intérieure, que l'on peut proposer au monde la paix. J'ai écrit ce livre pour donner l'envie aux gens d'imaginer des futurs meilleurs.

* Le Miroir de Cassandre , de Bernard Werber, Albin Michel, 632 pages, 22,90 euros.

http://www.lepoint.fr/culture/2010-01-15/interview-bernard-werber-se-glisse-dans-la-peau-d-une-femme/249/0/414088

~~~~~~~~~~~~~
Rêver est une chose douce qui ne coûte rien et qui rassure. ( Tahar Ben Jelloun )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondeenquestions.forumactif.com/index.htm
Sir Archibald Waters
Othelliste en chef
Othelliste en chef


Nombre de messages : 1715
Age : 43
Localisation : Toujours sur ma montagne ...
Date d'inscription : 23/11/2005

MessageSujet: Re: Bernard Werber   Lun 1 Fév - 15:33

Citation :
Bernard Werber convie ses lecteurs au restaurant via Facebook

Un brunch littéraire avec Bernard Werber était organisé ce dimanche 17 janvier dans un restaurant de Montmartre. L’occasion pour une soixantaine d’amis et de fans de rencontrer cet auteur culte. Au menu : « Le Miroir de Cassandre », le futur, l’écriture…

Perché en haut de la Butte Montmartre, au pied du Sacré Cœur, l'endroit est attrayant.
Pour parvenir jusque-là, certains ont dû garer leur voiture vers Pigalle et grimper à pied quelques centaines de marches dans le froid ensoleillé de janvier.
Mais peu importent l'essoufflement, le nez rouge et l'œil larmoyant moyennement élégants qu'ils affichent en arrivant, car le jeu en vaut la chandelle : ils vont assister à un brunch littéraire en compagnie de Bernard Werber, auteur culte de toute une génération, et même de plusieurs si l'on en croit les âges très divers des membres de cette assemblée.

http://bscnews.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=725:un-brunch-litteraire-avec-bernard-werber&catid=3:newsflash&Itemid=307


Bernard Werber sur Facebook ==> cliquez ici : http://www.facebook.com/pages/Bernard-Werber/14899799365?v=wall

~~~~~~~~~~~~~
Rêver est une chose douce qui ne coûte rien et qui rassure. ( Tahar Ben Jelloun )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondeenquestions.forumactif.com/index.htm
Sir Archibald Waters
Othelliste en chef
Othelliste en chef


Nombre de messages : 1715
Age : 43
Localisation : Toujours sur ma montagne ...
Date d'inscription : 23/11/2005

MessageSujet: Re: Bernard Werber   Lun 15 Fév - 10:59

Citation :
Bernard Werber, un éveilleur de consciences

C’est un moment inédit que proposera en mars Radio France en partenariat avec l’Ina: deux heures trente en compagnie de… Bernard Werber. Compilation d’entretiens avec de nombreux journalistes de la radio publique, dont Stéphane Bern et Marie-Pierre Planchon, Bernard Werber - L’éveilleur retrace le parcours atypique de l’auteur des Fourmis (Albin Michel), devenu une idole, y compris en Corée du Sud !

Dans ce double-album, accompagné d’un livret préfacé par Loïc Etienne, Bernard Werber se livre et s’amuse à raconter sa propre histoire. Des études en criminologie, qui lui inspireront nombre de ses polars, au journalisme scientifique, notamment au Nouvel Observateur, il n’y a qu’un pas que cet écrivain polyvalent se dépêche de franchir. Révélé par Le Cycle des Fourmis, où il observe les humains du côté de l’infiniment bas, il poursuit son exploration philosophique avec l’infiniment haut, dans Le Cycle des anges et Le Cycle des dieux. Après un passage par le cinéma en 2007, avec Nos amis les terriens, il se remet à l’écriture, pour Le miroir de Cassandre (Albin Michel).

Auteur habitué des bestsellers, toujours aussi passionné de fourmis (la légende raconte qu’il a créé sa propre fourmilière d’amis à Montmartre !), il prend l’image d’un « éveilleur de conscience ». Titre idéal pour une rétrospective sur l’homme et son œuvre, à écouter dès le 18 mars.

http://www.myboox.fr/actualite/bernard-werber-eveilleur-de-conscience-1145.html


~~~~~~~~~~~~~
Rêver est une chose douce qui ne coûte rien et qui rassure. ( Tahar Ben Jelloun )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondeenquestions.forumactif.com/index.htm
Sir Archibald Waters
Othelliste en chef
Othelliste en chef


Nombre de messages : 1715
Age : 43
Localisation : Toujours sur ma montagne ...
Date d'inscription : 23/11/2005

MessageSujet: Re: Bernard Werber   Dim 28 Fév - 13:51

Citation :
« Ma littérature n'intéresse pas les médias »

Bernard Werber est un écrivain singulier.

En tête des best-sellers, le Toulousain a déjà vendu plus de 5 millions de livres. Touche-à-tout, il a été journaliste scientifique au « Nouvel Observateur » et cinéaste aux côtés de Lelouch. Rencontre avec un personnage charismatique pas dénué d'humour.


Passionné de sciences

Natif de Toulouse (18 septembre 1961) le jeune Werber dès l'âge de 14 ans, écrit des histoires pour un fanzine (journal libre, périodique indépendant, créé et réalisé de manière désintéressée par des passionnés, pour d'autres passionnés).

Après ses études en criminologie à l'Institut de Criminologie de Toulouse et de journalisme à l'École Supérieure de Journalisme de Paris, il devient journaliste scientifique pendant une dizaine d'années, notamment pour Eurêka et el nouvel obs, le magazine de la Cité des sciences et de l'industrie. Il fut aussi un collaborateur régulier du Nouvel Observateur. De ces années lui vient son goût pour la science, qu'il mêle avec ses thèmes favoris, des fourmis à la mort jusqu'aux origines de l'humanité.

Les œuvres de Bernard Werber ont été traduites en trente-cinq langues. Avec 15 millions d'exemplaires vendus dans le monde, Bernard Werber est un des auteurs français contemporains les plus lus au monde (avec Marc Lévy). Il est même considéré comme une star en Corée du Sud.

Son style d'écriture mêle différents genres, notamment la saga d'aventure, la science-fiction de l'entre-deux-guerres et le conte philosophique.

Dans la plupart de ses romans, Bernard Werber utilise la même forme de construction, alternant des articles informatifs d'encyclopédie et deux ou trois fils narratifs. Les articles précisent ou élargissent les intrigues, ces deux dernières se recoupant épisodiquement.

De plus, ses romans et ses nouvelles s'entrecroisent. On retrouve ainsi des personnages comme Edmond Wells à la fois dans la trilogie des Fourmis et dans L'Empire des anges, mais également des thèmes récurrents, comme « l'Arbre des possibles » d'Isidore Katzenberg, ou encore le roman Nous les dieux, reprenant des éléments de la nouvelle L'École des jeunes dieux.

Dans deux romans, Werber décrit des auteurs de littérature. Ainsi est présenté un auteur qui, à la fin de sa vie, écrit un dernier livre qui donne un sens à l'œuvre entière. En ayant préalablement noté une certaine similarité des personnages, des thèmes et du style de l'œuvre de Werber, on peut en conclure qu'il essaye de donner une certaine cohérence aux idées qu'il développe.

http://www.ladepeche.fr/article/2010/02/28/786500-Le-jour-ou-Bernard-Werber-a-eu-des-fourmis-dans-les-doigts.html


~~~~~~~~~~~~~
Rêver est une chose douce qui ne coûte rien et qui rassure. ( Tahar Ben Jelloun )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondeenquestions.forumactif.com/index.htm
Sir Archibald Waters
Othelliste en chef
Othelliste en chef


Nombre de messages : 1715
Age : 43
Localisation : Toujours sur ma montagne ...
Date d'inscription : 23/11/2005

MessageSujet: Re: Bernard Werber   Mar 23 Mar - 16:33

Citation :
Bernard Werber : «Le futur est féminin»





Dans son dernier livre Le
miroir de Cassandre, l'écrivain-futurologue Bernard Werber - qui est aussi journaliste scientifique - parle d’amour, d’émotion, et c’est une
femme qui en est l’héroïne.



Bernard WERBER : «Je crois que le futur est féminin.
Il suffit de voir que toutes les espèces animales tendent vers la
féminisation et a fortiori mon espèce préférée, la fourmi,
dans laquelle il n’y a plus que des femelles, et où les mâles ne sont là
que pour la reproduction c’est-à-dire au tout début du printemps.
Après, ils disparaissent. Quand vous tombez sur une fourmilière, vous
avez en gros 10 % de femelles, et 90 % d’asexués. Cette espèce, qui est
très ancienne, a choisi la féminisation. Et notre société,
naturellement, va sur cette voie. En gros, ça vient de la préhistoire,
où les hommes allaient à la chasse, ou à la guerre et ont développé le
sens de la stratégie. Les femmes, qui entretenaient le feu et
s’occupaient des enfants, ont développé la capacité d’aimer, de
dialoguer et de parler. Donc, le seul fait d’écrire est féminin. Les
hommes perdent leurs fonctions ancestrales au sein de la société,
supplantés par les femmes qui sont plus fines, ont plus de psychologie
…»


Pourtant, avec toutes ces qualités, les droits des femmes semblent
régresser dans certains pays.

«Je crois que nos petits débats d’intello en Europe, la journée du 8
mars, ne sont rien à côté de ces vrais combats que sont l’éducation, le
droit de vote, le droit d’expression, en Chine, en Inde, en Afrique. Je
viens de lire dans le journal qu’une jeune fille de 16 ans a été
enterrée vivante par sa propre famille, car ses frères considéraient
qu’elle aguichait les garçons ! Mais je crois qu’au final, de toutes ces
petites convulsions, il en sortira la victoire des femmes, car elles
sont plus adaptées à la nature et plus adaptables


Les hommes et les femmes sont donc inconciliables ?

«Non, à condition de ne pas considérer l’autre comme un ennemi et de
dissiper ce sentiment de base qu’on appelle la peur. Les héros de mon
livre, Cassandre et Kim, sont deux personnages qui sortent du monde
ancien, de leur peur pour aller vers celui de l’harmonie. En fait, vous
savez ce que je crois, c’est qu’on a tous besoin d’être rassurés. Mais
qu’on a tous peur. D’où l’irrationnel de nos actes


A titre personnel, quel est votre idéal de couple ?

«Je sais qu’il y a des couples qui ont vécu 40 ans ensemble, qui ne
se sont jamais réellement parlés autrement que pour se dire qu’ils
allaient faire des enfants, ou sur la destination des vacances. Beaucoup
ne commencent à communiquer qu’au moment du divorce ! Alors mon idéal,
je n’arrête pas d’apprendre, c’est un couple où l’on parle beaucoup,
sans s’engueuler. Sans véhémence. Et c’est aussi avoir des projets qui
ne soient pas juste de faire des enfants et accumuler de l’argent



http://www.republicain-lorrain.fr/fr/article/2783760,79/Bernard-Werber-Le-futur-est-feminin.html

~~~~~~~~~~~~~
Rêver est une chose douce qui ne coûte rien et qui rassure. ( Tahar Ben Jelloun )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondeenquestions.forumactif.com/index.htm
Sir Archibald Waters
Othelliste en chef
Othelliste en chef


Nombre de messages : 1715
Age : 43
Localisation : Toujours sur ma montagne ...
Date d'inscription : 23/11/2005

MessageSujet: Re: Bernard Werber   Lun 29 Mar - 14:36

Bernard Werber : « Je me nourris de mon passé toulousain »





Il a 48 ans.

La voix est vive et jeune. Bernard Werber, l'écrivain
d'origine toulousaine, vient de sortir « Le miroir de Cassandre » (Ed.
Albin Michel). Il s'est déjà vendu à deux cent cinquante mille
exemplaires. Depuis « Les fourmis », son premier ouvrage, l'auteur
collectionner les best-sellers.Il est connu dans le monde entier.
Rencontre.


Je me sens toulousain à 200%. J'aime bien le côté rebelle et
indépendant du Sud. Il y a dans l'histoire de Toulouse, une volonté
d'indépendance et de liberté, une tolérance aussi qui me semblent
spécifiques. Je suis né près de la place Saint-Etienne et toute ma
jeunesse jusqu'à 20 ans, j'ai été bercé, la nuit, par le son de la
cloche de la cathédrale qui sonnait tout les quarts d'heure. Je
reviens dans le Sud-Ouest essentiellement pour voir ma famille, mes
parents. Tout ce que j'ai fait à Toulouse - que ce soit la création du
journal «Euphorie» aulycée Ozenne, la troupe de théâtre « Le STAC»
montée en fac de droit ou mes études de criminologie - tout cela est
derrière tout mon travail d'écriture.

Je m'en nourris.


Son coup de gueule


«Des coups de gueule, je n'en ai pas. J'ai plutôt des agacements,
notamment contre les étiquettes en nylon dans les pulls en coton


Coup de cœur : un film


2001, l'Odyssée de l'Espace», de Stanley Kubrik. «C'est le film qui a
le plus haut niveau de spiritualité que je n'ai jamais vu


Coup de cœur : un livre


Un livre de science-fiction de Daniel Keyes (en livre de poche) : Des Fleurs pour Algernon, C'est l'histoire d'un homme bête qui devient intelligent.

http://www.ladepeche.fr/article/2010/03/28/806166-Bernard-Werber-Je-me-nourris-de-mon-passe-toulousain.html

~~~~~~~~~~~~~
Rêver est une chose douce qui ne coûte rien et qui rassure. ( Tahar Ben Jelloun )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondeenquestions.forumactif.com/index.htm
Sir Archibald Waters
Othelliste en chef
Othelliste en chef


Nombre de messages : 1715
Age : 43
Localisation : Toujours sur ma montagne ...
Date d'inscription : 23/11/2005

MessageSujet: Re: Bernard Werber   Ven 2 Avr - 10:33




« J'ai déjà dédicacé des e-books en Corée ! »

« Quand j'étais en Corée il y a six mois, j'ai vu pour la première
fois des gens me demander de dédicacer des livres numériques : j'ai
signé sur leurs tablettes de lecture, directement ! Je pense qu'on aura
bientôt ça ici aussi et que ça touchera dans un premier temps les
jeunes
.


Mais il me semble qu'il faudra beaucoup d'années pour que ça prenne
une réelle importance économique. Les gens tiennent à l'objet livre de
papier. Avec une tablette, ils craignent de dépendre de la batterie et
de la luminosité. Quant à moi, je continuerai les dédicaces quoi qu'il
arrive : j'aime savoir quels visages ont mes lecteurs
! »


http://www.lavoixdunord.fr/France_Monde/actualite/Secteur_France_Monde/2010/04/01/article_j-ai-deja-dedicace-des-e-books-en-coree.shtml

~~~~~~~~~~~~~
Rêver est une chose douce qui ne coûte rien et qui rassure. ( Tahar Ben Jelloun )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondeenquestions.forumactif.com/index.htm
Sir Archibald Waters
Othelliste en chef
Othelliste en chef


Nombre de messages : 1715
Age : 43
Localisation : Toujours sur ma montagne ...
Date d'inscription : 23/11/2005

MessageSujet: Re: Bernard Werber   Lun 13 Sep - 10:56

Une journée avec Bernard Werber à Deauville le 29 octobre

Littérature mardi 07 septembre 2010



Les fans de Bernard Werber vont être ravis.

Vendredi 29 octobre, ils pourront s’offrir une journée avec l’écrivain français. Connu notamment pour sa « trilogie des Fourmis » et ses nombreux romans, il mêle dans son travail mythologie, spiritualité, philosophie, science-fiction, biologie et futurologie.

Il a signé des romans, des nouvelles, des bandes dessinées. Son long-métrage « Nos amis les Terriens » a été produit par Claude Lelouch (2007) et l’adaptation au théâtre de « Nos amis les humains » a été mise en scène par Jean-Christophe Barc (2004). La journée du 29 octobre devrait donner lieu à un atelier d’écriture et une rencontre et permettre la diffusion d’un documentaire. Tout devrait se dérouler dans les locaux du groupe Barrière, à Deauville.

Sources: Ouest-France

~~~~~~~~~~~~~
Rêver est une chose douce qui ne coûte rien et qui rassure. ( Tahar Ben Jelloun )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondeenquestions.forumactif.com/index.htm
Sir Archibald Waters
Othelliste en chef
Othelliste en chef


Nombre de messages : 1715
Age : 43
Localisation : Toujours sur ma montagne ...
Date d'inscription : 23/11/2005

MessageSujet: Re: Bernard Werber   Mer 29 Sep - 16:29




C'est un Isidore et Lucrèce donc une enquête policière sur fond de découverte scientifique inconnue. Le Cyclope est un célèbre humoriste à la mode qui meurt seul dans sa loge d'un fou rire. Simple incident cardiaque ou assassinat? Nos deux enquêteurs penchent pour la deuxième hypothèse.

Ils découvrent en Bretagne une société secrète qui depuis plus de 3000 ans invente les fameuses blagues anonymes que tout le monde se raconte. Cette société essaie d'influer sur la société pour la rendre plus humaine ou tout simplement plus drole.

Cependant le pouvoir du rire attire des convoitises, beaucoup veulent maitriser le rire des autres pour avoir un surplus de pouvoir politique, d'argent, de célébrité. Derrière les paillettes et la légèreté du monde des comique, un univers sombre et des enjeux inconnus du grand public se dévoilent. Et tous recherchent le Graal, la blague absolue auquel nul ne résiste. Isidore et Lucrèce devront rechercher au fond d'eux mêmes la force et la spiritualité capables de les faire accepter dans ce monde parallèle si peu connu. Et ils comprendront que la clef de l'enquête est la compréhension du phénomène même de l'humour.

L'homme est le seul animal qui rit. Mais à quoi cela lui sert-il vraiment ?

Sources: Bernard Werber.com

~~~~~~~~~~~~~
Rêver est une chose douce qui ne coûte rien et qui rassure. ( Tahar Ben Jelloun )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondeenquestions.forumactif.com/index.htm
Sir Archibald Waters
Othelliste en chef
Othelliste en chef


Nombre de messages : 1715
Age : 43
Localisation : Toujours sur ma montagne ...
Date d'inscription : 23/11/2005

MessageSujet: Re: Bernard Werber   Jeu 7 Oct - 11:04


Bernard Werber, invité de "Parlons net" pour son dernier ouvrage "Le rire du cyclope"

Bernard Werber est de retour, comme tous les 1er octobre, avec une nouvelle enquête de ses héros, Lucrèce et Isidore, au cœur d’un des grands mystères humains : le rire.
"Le rire du cyclope" est publié par Albin Michel.


Auteur à succès reconnu par le grand public, Bernard Werber s’en prend dans Parlons net au petit monde germanopratin de la littérature, à la presse écrite et aux bien pensants....



Halte aux livres déprimants et masochistes....



"J’ai renoncé au style, à la cosmétique de la littérature"



Sources: France-Info.com

~~~~~~~~~~~~~
Rêver est une chose douce qui ne coûte rien et qui rassure. ( Tahar Ben Jelloun )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondeenquestions.forumactif.com/index.htm
Sir Archibald Waters
Othelliste en chef
Othelliste en chef


Nombre de messages : 1715
Age : 43
Localisation : Toujours sur ma montagne ...
Date d'inscription : 23/11/2005

MessageSujet: Re: Bernard Werber   Jeu 7 Oct - 11:12


Le rire du cyclope livre son secret à l’iphone

La saga des fourmis, les Tanathonautes et autres aventures de l’au-delà, la trilogie des dieux. Cela vous dit quelque chose ? le point commun est Bernard Verber. Quel rapport avec l’iPhone ? Werber , Albin Michel, Diotasoft et le CEA vous parle à travers une application iphone.

Le rire du cyclope » publié depuis le 1er octobre traite d’un des grands mystères de l’homme : Le rire, au travers de ses protagonistes Lucrèce et Isidore. La couverture du roman renferme un secret que seul votre iPhone est en mesure de vous révéler. Pour cela il vous faudra: Un iPhone 4 ou 3GS, « Le rire du cyclope » est l’application gratuite sur l’AppStore.

Ouvrez l’application et regardez « le rire du cyclope » au travers de l’appareil photo de votre iphone, La magie de la réalité augmentée vous fera découvrir le reste. Si vous avez acheté le roman et désirez garder l’effet de surprise, ne regardez pas la vidéo. Pour les autres, cette expérience vous donnera peut être envie de lire cet auteur Français de génie.


~~~~~~~~~~~~~
Rêver est une chose douce qui ne coûte rien et qui rassure. ( Tahar Ben Jelloun )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondeenquestions.forumactif.com/index.htm
Sir Archibald Waters
Othelliste en chef
Othelliste en chef


Nombre de messages : 1715
Age : 43
Localisation : Toujours sur ma montagne ...
Date d'inscription : 23/11/2005

MessageSujet: Re: Bernard Werber   Lun 18 Oct - 11:02

Bernard Werber - Un livre à mourir de rire, quoique

Actu France-Soir 11/10/10 à 06h45

Dans son nouveau roman, Bernard Werber se lance dans une analyse approfondie du rire. Un travail de fourmi… pas forcément concluant.



C’est un rituel. Depuis une dizaine d’années, Bernard Werber, traduit dans 35 langues, sort son nouveau roman le 1er octobre. Un jour fétiche, date de l’anniversaire de l’écrivain, et un rendez-vous incontournable pour les fans qui guettent fiévreusement chacun de ses livres depuis sa fameuse « Trilogie des fourmis », au début des années 1990.

Retour du duo de choc Lucrèce-Isidore

« Surtout ne lisez pas » : ainsi commence le nouveau roman de Bernard Werber, L’Œil du Cyclope. Dans le genre tordant, on a fait mieux. Les lecteurs découvriront en fait au fil des pages que cette citation est une blague à faire mourir de rire. Explications. Darius, alias le Cyclope, « le plus grand comique de France », meurt dans sa loge de l’Olympia, après un spectacle, enfermé à double tour. Des témoins l’ont entendu rire aux éclats avant de s’écrouler, foudroyé. Seul indice, un morceau de papier au sol avec pour inscription « Surtout ne lisez pas » mettra la journaliste Lucrèce Nemrod sur la piste d’un assassinat. Là commencent les ennuis pour la jeune femme, qui se retrouve propulsée dans un univers noir, sans pitié, où chaque comique se révèle prêt à tout pour réussir. En renfort, elle appelle Isidore, son vieil ami journaliste un peu grincheux et rabat-joie. Ainsi, le duo de choc Lucrèce-Isidore, déjà présent dans Le Père de nos pères (1998) et L’Ultime Secret (2001), refait surface.

« L’humour est une compensation de l’angoisse »

A la lecture, Le Rire du Cyclope n’a rien de drôle. Mais il n’a pas été écrit dans cette optique. « Je voulais montrer l’envers de la médaille. Les humoristes sont des gens qui contrebalancent des caractères assez durs par leur métier. C’est une sphère où il y a des grands angoissés, des drames, des situations difficiles. L’humour est une compensation de l’angoisse », explique Werber. Dans cette fiction, Darius est vil, mesquin, arrogant, cynique en privé et sans cœur. A-t-il été façonné à l’image d’un comique d’aujourd’hui ? « C’est un mélange de beaucoup de personnes, mais je ne citerai aucun nom. J’ai aussi mélangé plusieurs anecdotes que m’ont livrées des humoristes célèbres. Je les fréquente beaucoup et je leur demande toujours de me raconter ce qu’il se passe en coulisse. »

Le Rire du Cyclope est donc le troisième livre de l’auteur de 49 ans, ex-journaliste scientifique, classé dans le cycle « Aventuriers de la science ». Un ouvrage participatif pour lequel l’écrivain a même demandé aux internautes de lui soumettre des blagues ou des histoires sur l’origine de l’humour qu’il a incluses à son récit. Ainsi, une cinquantaine d’histoires, parfois hors contexte, viennent ponctuer les aventures de Lucrèce et Isidore. Un livre qui présente le défaut de vouloir aborder trop de sujets en même temps : l’histoire du rire, le millieu des comiques, ses méandres, son fonctionnement… et se révèle donc parfois soporifique pour cause de digressions longuettes. Qu’à cela ne tienne, Bernard Werber a repris le chemin de son café fétiche, où il écrit quotidiennement de 8 à 12 heures, pour entamer son nouveau récit. Rendez-vous donc le 1er octobre 2011…

Sources: France Soir.fr

~~~~~~~~~~~~~
Rêver est une chose douce qui ne coûte rien et qui rassure. ( Tahar Ben Jelloun )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondeenquestions.forumactif.com/index.htm
Sir Archibald Waters
Othelliste en chef
Othelliste en chef


Nombre de messages : 1715
Age : 43
Localisation : Toujours sur ma montagne ...
Date d'inscription : 23/11/2005

MessageSujet: Re: Bernard Werber   Lun 18 Oct - 11:07

Bernard Werber: «Le rire est une industrie»

«Le rire du cyclope» recense moult anecdotes historiques et quelques dizaines de bonnes blagues

Anne-Sylvie Sprenger - le 09 octobre 2010, 20h42
Le Matin Dimanche


Pourquoi rit-on? Et pourquoi n’a-t-on jamais vu un animal rigoler? C’est à ces deux principales questions que tente de répondre Bernard Werber dans «Le rire du cyclope». Prenant pour prétexte l’investigation autour de la mort mystérieuse d’un célèbre humoriste, l’écrivain offre une formidable enquête sur le rire.



Entre suspense et érudition, il entraîne le lecteur à la rencontre de l’histoire de l’humour, révélant les blagues les plus anciennes mais aussi comment des hommes se sont transmis, au fil des générations, l’art de faire rire les autres. Enfin, il propose un regard critique de ce qu’est aujourd’hui devenue «l’industrie du rire». Un roman foisonnant et passionnant, parsemé de bonnes blagues, choisies parmi les propositions de ses fans internautes.

Comment vous est venue l’envie d’enquêter sur le rire?
Rire nous apparaît comme la chose la plus naturelle, et pourtant cela relève d’un phénomène très complexe. Je crois que c’est l’un des plus grands mystères de l’humanité. Certaines blagues sont très bien écrites, bien construites. Je trouve vraiment que c’est une forme d’art complètement dévalorisée car on n’en connaît souvent pas les auteurs. Je me suis dit que ce serait intéressant de valoriser cela. De trouver l’origine des blagues, mais aussi de tenter de comprendre pourquoi certaines font rire et d’autres pas.

Vous écrivez aussi que l’humour est «le plus haut niveau de spiritualité».
J’avais rencontré en Inde un personnage qui était fédérateur de spiritualité et qui n’arrêtait pas de rigoler. Quand je lui ai demandé pourquoi il riait autant, il m’a répondu: «Une fois que l’on a tout compris, on a juste envie de rigoler.» Cette phrase m’est restée, j’y pense souvent.

L’humour a aussi ses victimes.
L’humour, c’est comme la Force dans «La guerre des étoiles»: c’est une énergie que vous pouvez utiliser pour le bien comme pour le mal. Cela peut être une force de spiritualité et de lumière mais aussi une force de l’ombre, utilisée pour se moquer, dévaloriser, détruire des gens.

Y a-t-il des limites à respecter?
Le respect des individus. Dès le moment où l’humour blesse, il est détourné de sa fonction de spiritualité et de lumière. Et les humoristes qui blessent, se moquent, prennent tout à la dérision sont souvent ceux qui ne supportent pas que l’on fasse des blagues sur eux. Je trouve ça illogique, et regrettable.

Vous révélez ici l’envers du décor: le monde du rire est impitoyable.
On s’attend à ce que les humoristes soient au-dessus de tout soupçon. Il y a autant de gens bien ou pas bien dans le monde des comiques que dans celui des banquiers. Quand on donne beaucoup d’argent aux comiques et que tout le monde les applaudit, à un moment, ça leur monte aussi à la tête.

Ce constat résulte-t-il d’une enquête ou est-ce juste une intuition?
J’ai rencontré beaucoup d’humoristes avant d’écrire ce livre. On ne connaît que l’aristocratie des humoristes, ceux qu’on voit à la télévision, mais il y a tout un menu peuple d’humoristes qui passent dans des salles de 50 ou 60 spectateurs et qui ont des difficultés pour manger. La plupart de ce que je raconte sur les humoristes dans le livre est vrai. Les humoristes qui ont des gardes du corps violents, par exemple, je ne l’ai pas inventé.

On a l’impression que l’humour a pris au fil des ans de plus en plus de prestige.
Pourquoi cela?

Parce que les industriels se sont penchés dessus. Il y a aujourd’hui des grands groupes financiers qui rachètent les auteurs et les gèrent. Il y a des sortes d’écuries d’auteurs comiques avec des investissements économiques extrêmement importants. Ce n’est plus un petit artisanat, c’est devenu une industrie. Ce que je raconte sur certains comiques dont on reprend les sketches pour les traduire dans une autre langue et les faire jouer par un autre comique est véridique.

Finalement, avez-vous réussi à répondre à cette fameuse question: pourquoi rit-on?
Parce que ça compense nos angoisses. Le rire est le contrecoup de l’angoisse existentielle mais aussi de l’angoisse tout court. On arrive à rire quand on se rend compte que finalement tout n’est pas si grave que ça. L’école et les parents nous apprennent à tout prendre au tragique. Mais il y a un moment où il faut se déprogrammer de cette tragédie pour passer à la comédie. L’homme ne peut pas vivre dans la tragédie, il a besoin de cette soupape de sécurité.

Sources: Le Matin.ch

~~~~~~~~~~~~~
Rêver est une chose douce qui ne coûte rien et qui rassure. ( Tahar Ben Jelloun )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondeenquestions.forumactif.com/index.htm
Sir Archibald Waters
Othelliste en chef
Othelliste en chef


Nombre de messages : 1715
Age : 43
Localisation : Toujours sur ma montagne ...
Date d'inscription : 23/11/2005

MessageSujet: Re: Bernard Werber   Ven 29 Oct - 12:37

Entretien : Le rire de Bernard Werber

Jamais à court de sujets originaux, l’auteur à succès enquête sur le phénomène du rire dans son nouveau roman.



Vous mariez ici deux univers qui, a priori, ne vont pas ensemble, le polar noir et le rire. Pourquoi ce choix ?
Parce que cela n’a jamais été fait et que c’était donc un challenge. Sur le rire, il existe soit des essais philosophiques, soit des recueils de blagues. La première connue date de l’époque sumérienne, soit 3 500 avant J.-C. Il m’a paru intéressant de parler du rire autrement. Rire nous apparaît comme la chose la plus naturelle, et pourtant cela relève d’un phénomène très complexe. Je crois que c’est l’un des plus grands mystères de l’humanité. Il n’y a aucune explication organique
ou logique. Rien qui ne soit une absolue nécessité comme le sommeil ou l’alimentation. L’homme se définit comme un animal qui rit
.

Vous dénoncez la dictature de la vanne. Selon, vous, c’est un enjeu de pouvoir…
Pendant des siècles, les comiques, les bouffons étaient rejetés par la société et considérés comme des suppôts du diable. Ils n’avaient pas droit à une sépulture chrétienne. Aujourd’hui, ils ont pris le pouvoir. Mais l’humour, c’est comme la “Force“ dans La Guerre des étoiles. Cela peut être une énergie, dotée de spiritualité et de lumière mais également une force de l’ombre, utilisée pour dévaloriser et détruire les autres. Il y a aujourd’hui des grands groupes financiers qui achètent les comiques et les gèrent comme des sortes d’écuries avec des investissements économiques extrêmement importants. Il y a désormais une obligation mondaine à faire rire tout le temps, à tout prix. Il suffit d’allumer la télévision pour se rendre compte de cette "modernité étrange".

Avez-vous percé le secret du rire ?
Le travail du romancier est d’approcher de la vérité, mais je n’ai pas de vérité à vendre. Je pense que l’homme rit parce qu’il a besoin de compenser ses angoisses. Le rire est le contrecoup de l’angoisse existentielle et du stress inhérent aux vies d’hommes. L’être humain ne peut pas vivre dans la tragédie, il a besoin d’une soupape.

Pourquoi avoir mis les lecteurs et les internautes à contribution ?
D’abord, contrairement à ce qu’on lit ici ou là, je n’ai pas fait choisir le sujet de ce roman par les lecteurs. Je les ai simplement sollicités afin de savoir quelle était la nouvelle qu’il préférait dans mon recueil Paradis sur mesure. Les internautes ont plébiscité la nouvelle intitulée Là où naissent les blagues. Alors, j’ai choisi de la développer sur 600 pages. Si j’ai opté pour cette démarche, c’est parce que je considère mes lecteurs comme ma famille. Avant même la parution des Fourmis, mon éditeur m’avait prévenu qu’il faudrait que je choisisse entre le soutien des critiques et celui des lecteurs. N’étant pas adepte des médailles en chocolat, j’ai choisi mon camp. Et je suis fier d’être proche de ceux qui me lisent.

Sources: Midi-Libre.com

~~~~~~~~~~~~~
Rêver est une chose douce qui ne coûte rien et qui rassure. ( Tahar Ben Jelloun )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondeenquestions.forumactif.com/index.htm
Sir Archibald Waters
Othelliste en chef
Othelliste en chef


Nombre de messages : 1715
Age : 43
Localisation : Toujours sur ma montagne ...
Date d'inscription : 23/11/2005

MessageSujet: Re: Bernard Werber   Mer 3 Nov - 17:14


Bernard Werber a donné un cours d’écriture à Deauville

Bernard Werber a donné un cours d’écriture, vendredi, à Deauville, à l’occasion de la sortie de son dernier livre, « Le rire du Cyclope ».



Le théâtre du casino de Deauville s’est transformé en salle de conférence, vendredi après-midi. Pendant plus de deux heures, l’écrivain Bernard Werber a expliqué à la soixantaine de personnes présentes la manière d’écrire un roman. Il a tout passé en revue, de l’envie d’écrire à l’envoi du manuscrit chez un éditeur. « C’est l’histoire et l’intrigue qui font un bon roman, a-t-il expliqué. Mettre des belles phrases les unes à la suite des autres vous fera peut-être remporter le Goncourt, mais ça ne fera pas forcément un bon livre. »

Pour l’auteur du Rire du Cyclope, ce qui est important est avant tout le suspens, savoir tenir son lecteur en haleine et le surprendre à chaque page, et la construction des personnages. Et puis il y a la chute du roman, la partie la plus difficile. « Il faut la connaître avant de commencer à écrire. Elle doit être la plus originale possible, un moment de jouissance pour le lecteur. C’est elle qui fait que l’ensemble est une œuvre. »

La conférence s’est poursuivie par une séance de questions, avant que le public ne se précipite sur scène pour des dédicaces. Bernard Werber est encore présent samedi à Deauville. Le documentaire de Stéphane Krausz, « Bernard Werner, le conteur du futur » est projeté en avant-première à 14 h au cinéma du casino. La projection sera suivie d’une rencontre avec l’écrivain et le réalisateur puis d’une conférence de Bernard Werber.

Sources: Ouest-France.fr

~~~~~~~~~~~~~
Rêver est une chose douce qui ne coûte rien et qui rassure. ( Tahar Ben Jelloun )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondeenquestions.forumactif.com/index.htm
Sir Archibald Waters
Othelliste en chef
Othelliste en chef


Nombre de messages : 1715
Age : 43
Localisation : Toujours sur ma montagne ...
Date d'inscription : 23/11/2005

MessageSujet: Re: Bernard Werber   Mer 10 Nov - 13:43

Secrets de plume : Bernard Werber

Comment vend-on 15 millions de livres dans le monde ? Bernard Werber révèle ses secrets de fabrication mais, attention, le succès n'est pas garanti pour tout le monde.



Ordinateur, stylo, ­machine à écrire : avec quoi écrivez-vous ?
Dès que les ordinateurs sont apparus, j’ai abandonné ma vieille machine à écrire.

Qu’est-ce qui vous inspire ?
L’observation de la nature lors de longues marches, les gens dans un bistrot, la ­lecture des journaux et ­surtout le cinéma.

Qui est votre premier lecteur ?
Ma femme.

Pourquoi écrivez-vous ?
Pour changer le monde. Je n’y arriverai évidemment pas, mais au moins je vais lancer de nouvelles idées.

Si vous étiez une œuvre ?
“2001 : l’odyssée de l’espace”. Ce film est une leçon de philosophie.

Votre écrivain préféré ?
Philip K. Dick, l’auteur de “Blade Runner” et d’“Ubik”. Ce qu’il écrit est ce que je recherche dans l’art : le lien entre la science, la spiritualité et la philosophie.

La dernière chose que vous ayez écrite ?
“Le rire du Cyclope”. Une enquête dont la clef est la compréhension du mystère du rire. C’était une manière de reprendre le système du meurtre incompréhensible de type “Mystère de la chambre jaune” avec une fin surprise. Et puis ce roman me permettait de poser ces deux questions : pourquoi rions-nous ? et peut-on mourir de rire ?

La première ?
Une rédaction libre pour l’école, l’histoire d’une puce qui racontait l’escalade d’un être humain.

Si vous n’étiez pas ­écrivain... ?
Journaliste scientifique, métier que j’ai pratiqué dix ans. Ou réalisateur de films.

Votre dernière lecture ?
“La planète des singes”, de Pierre Boulle.

La première qualité d’un écrivain ?
L’imagination. La deuxième : l’humour.

Le premier défaut ?
La routine.

Votre mot préféré ?
Vie.

L’endroit ­parfait pour écrire ?
Un bistrot, à 8 heures du matin.

Sources: Paris Match.com

~~~~~~~~~~~~~
Rêver est une chose douce qui ne coûte rien et qui rassure. ( Tahar Ben Jelloun )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondeenquestions.forumactif.com/index.htm
Sir Archibald Waters
Othelliste en chef
Othelliste en chef


Nombre de messages : 1715
Age : 43
Localisation : Toujours sur ma montagne ...
Date d'inscription : 23/11/2005

MessageSujet: Re: Bernard Werber   Mar 23 Nov - 15:58

Troyes

Bernard Werber : « Méfiez-vous des comiques »

Le public l'attendait de pied ferme. C'est dans un théâtre de la Madeleine quasi complet que Gérard Lemarié a accueilli pour le deuxième rendez-vous de la saison 2010-2011 de 4e de Couverture, Bernard Werber.



Avec simplicité et décontraction, l'auteur aux plus de seize millions d'ouvrages vendus est revenu sur la genèse de son dernier ouvrage, Le rire du cyclope. « Ce livre est une grande blague de 600 pages. J'adore rire. Le rire est une manière de combler son angoisse. Dès qu'on allume la télé, la radio, on voit des comiques, mais on ne sait pas qui ils sont. En coulisse, ils se descendent les uns, les autres. Le rire peut être le meilleur comme le pire. Chez les humoristes, il y a des gens bien et d'autres non. Méfiez-vous des comiques. »
Un thème que l'écrivain avait déjà touché du doigt dans une des nouvelles parues dans Le paradis sur mesure. Plebiscité sur internet par ses lecteurs, Bernard Werber en a donc « profité pour ressortir ses deux héros préférés : Isidore et Lucrèce. Au-delà du polar, j'ai voulu raconter une grande histoire d'amour entre ces deux personnages très différents ».
Connu et reconnu pour son imagination débordante, Bernard Werber a développé, avec succès, un style et une

technique bien à lui. « Je joue avec les nerfs et l'émotion du lecteur pour l'amener encore plus loin, pour ne pas l'endormir, ce n'est pas un prix littéraire. »
Un coup de griffe au passage, non pas seulement pour égratigner le milieu littéraire parisien, mais surtout pour marquer sa différence. « J'écris des livres pour rappeler aux gens qu'ils existent. Je vois mon travail comme une sorte d'hologramme. Chaque ouvrage entre en résonance avec celui d'à côté. Mes dix-sept romans ont tous un petit pont entre eux comme des enfants qui se tiennent la main. Mon souci est de faire des choses très originales, quitte à surprendre et même dérouter le lecteur ».

Sources: lest-eclair.fr

~~~~~~~~~~~~~
Rêver est une chose douce qui ne coûte rien et qui rassure. ( Tahar Ben Jelloun )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondeenquestions.forumactif.com/index.htm
Sir Archibald Waters
Othelliste en chef
Othelliste en chef


Nombre de messages : 1715
Age : 43
Localisation : Toujours sur ma montagne ...
Date d'inscription : 23/11/2005

MessageSujet: Re: Bernard Werber   Jeu 17 Mar - 15:17

Citation :
Bernard Werber: "Un bon livre est un livre qui va changer le lecteur"

L'Express - ‎13 mars 2011‎

Bernard Werber, auteur de la célèbre trilogie des Fourmis, est cette année le parrain du 1er Prix du livre numérique. Parrain du 1er Prix du livre numérique, Bernard Werber donne quelques conseils aux jurés avant les délibérations et la remise du Prix ...



Etre parrain du premier Prix du livre numérique, sur le thème de "la littérature de l'imaginaire", qu'est ce que cela signifie pour vous?

La littérature de l'imaginaire, c'est celle que j'aime. Forcément, ça me fait plaisir d'être le parrain de ce Prix. Il s'inscrit dans une littérature d'avenir.

C'est aussi un Prix moderne du fait qu'il propose la lecture des oeuvres sélectionnées sur tablette électronique. En ce sens, il s'inscrit en dehors de tout Prix classique.

Quelle relation entretenez-vous avec le livre numérique?

Je lis des livres en version papier, de poche ou grand format, mais aussi des livres en version numérique, sur une tablette dédiée et même sur mon smartphone!

Le numérique possède cet avantage principal de pouvoir transporter plusieurs ouvrages en même temps. Pour les grands lecteurs, c'est très agréable.

Pour vous, qu'est-ce qu'un bon livre?

Je pense qu'un "bon" livre est un livre qui va changer le lecteur. C'est un livre que le lecteur va refermer en ayant compris ou découvert des choses qu'il ne soupçonnait pas avant, auxquelles il n'avait pas pensé.

Quels conseils avez-vous préalablement donné aux jurés pour les aider lors des délibérations?

Privilégiez l'originalité. Il ne faut pas hésiter à se poser les questions suivantes: l'évolution des personnages et l'alchimie qu'il y a entre eux est-elle satisfaisante? La fin est-elle réussie? Le secret ou le mystère a-t-il été révélé?

Et puis, surtout, demandez-vous: "Est-ce que la promesse du livre est tenue?".

Sources: lexpress.fr

~~~~~~~~~~~~~
Rêver est une chose douce qui ne coûte rien et qui rassure. ( Tahar Ben Jelloun )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondeenquestions.forumactif.com/index.htm
Sir Archibald Waters
Othelliste en chef
Othelliste en chef


Nombre de messages : 1715
Age : 43
Localisation : Toujours sur ma montagne ...
Date d'inscription : 23/11/2005

MessageSujet: Re: Bernard Werber   Jeu 17 Mar - 15:24

Citation :
Bernard Werber: «Quand je ne vais pas bien, je me retrouve près des arbres»



Comment êtes-vous devenu sensible à l’écologie?

Si je devais chercher l’origine, je dirais tout simplement: «de l’observation de la nature!» Quand j’étais petit, là où les autres enfants partaient en colonie de vacances je restais chez mes grands-parents qui avaient un petit jardin. Je restais toute la journée dans le jardin à observer ce qu’il s’y passait. J’ai notamment fini par observer les fourmis, par faire des élevages de fourmis, mais aussi de têtards. Tous ces animaux ont du un peu souffrir parce que je les mettais dans des bocaux ou dans des boîtes à chaussures mais au fur et à mesure, je cherchais comment les faire vivre, comment ils fonctionnaient. Je les observais et j’essayais de voir les rapports entre le mur de lézards, la fourmilière, les têtards… Je regardais comme on regarderait un film et donc ma première action écologique a consisté à observer la nature! Ca m’a l’air la base de toute forme de sciences. D’abord observer et surtout ne pas lire ce que quelqu’un vous dit que vous devez comprendre de l’observation! D’ailleurs, je n’aime pas du tout lire de livre et je n’aime surtout pas m’inspirer de livres pour écrire les miens. Je trouve qu’il faut laisser faire la nature, la laisser s’exprimer toute seule sans lui donner une interprétation politique. Je trouve affreux de devoir avoir une étiquette pour expliquer qu’on se sent bien dans la nature et qu’on a envi de préserver sa planète. Dire qu’on est écologiste, ça voudrait dire que ce n’est pas évident.

Comment vivez-vous vos idées maintenant au quotidien? Est-ce que l’amour de la nature influence votre vie?

D’abord j’ai un rendez-vous à peu près trois à quatre fois par semaine avec la forêt . C’est-à-dire que je considère que toute la folie des hommes, le fait que tous ces gens sont dépressifs, sont en psychanalyse, sont en train de prendre des somnifères ou des calmants, vient du fait qu’ils sont coupés de la nature. J’en suis convaincu depuis que je suis tout petit et je sais que quand je ne vais pas bien, il faut que je me retrouve près des arbres.

Mais au-delà de ça, est-ce que vous mangez bio? Est-ce que vous roulez à vélo? Est-ce que vous mangez de la viande?

Je ne mange pas de viande, ou très peu, peut-être une fois par mois mais je n’ai pas un blocage non plus. Je tends à réduire mon sucre, je tends à boire plus, je tends à respirer mieux et je trouve que ces choses là sont des choses que l’on devrait apprendre à l’école. On devrait apprendre à respirer amplement, avec le ventre et non pas avec le haut, on devrait aussi apprendre à regarder les étoiles la nuit: ça me semble être une activité d’écologie de base.

Sources: 20minutes.fr

~~~~~~~~~~~~~
Rêver est une chose douce qui ne coûte rien et qui rassure. ( Tahar Ben Jelloun )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondeenquestions.forumactif.com/index.htm
Sir Archibald Waters
Othelliste en chef
Othelliste en chef


Nombre de messages : 1715
Age : 43
Localisation : Toujours sur ma montagne ...
Date d'inscription : 23/11/2005

MessageSujet: Re: Bernard Werber   Ven 27 Mai - 11:48

"l'ordinateur, c'est l'intelligence sans l'amour"

Passionné de nouvelles technologies, Bernard Werber considère malgré tout que "l'ordinateur, c'est l'intelligence sans l'amour".



http://www.atlantico.fr/innerview/bernard-werber-dieu-hypothese-travail-innerview-102042.html

~~~~~~~~~~~~~
Rêver est une chose douce qui ne coûte rien et qui rassure. ( Tahar Ben Jelloun )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondeenquestions.forumactif.com/index.htm
maricali
petite graine
petite graine


Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 11/07/2011

MessageSujet: Re: Bernard Werber   Lun 11 Juil - 13:40

Intéressant ce press-book sur Weber.... merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sir Archibald Waters
Othelliste en chef
Othelliste en chef


Nombre de messages : 1715
Age : 43
Localisation : Toujours sur ma montagne ...
Date d'inscription : 23/11/2005

MessageSujet: Re: Bernard Werber   Mer 13 Juil - 17:02

maricali a écrit:
Intéressant ce press-book sur Weber.... merci

De rien. C'est l'un de mes auteurs fétiches. J'aime bien ses histoires, toujours originales et les idées qu'ils développent portent toujours à réfléchir.


~~~~~~~~~~~~~
Rêver est une chose douce qui ne coûte rien et qui rassure. ( Tahar Ben Jelloun )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondeenquestions.forumactif.com/index.htm
Sierra117
belle plume
belle plume


Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 11/07/2011

MessageSujet: Re: Bernard Werber   Dim 17 Juil - 10:17

J'ai bien fait de revenir : je ne connaissais pas la vie de Bernard Weber.
Seul son côté littéraire m'avait été dévoilé.
Le sujet est particulièrement approfondi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bernard Werber   Aujourd'hui à 12:35

Revenir en haut Aller en bas
 
Bernard Werber
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le Miroir de Cassandre de Bernard Werber
» Le Sixième Sommeil, par Bernard Werber
» Bon Anniversaire, BERNARD
» Pour Bernard
» Bernard Hinault

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OTHELLO :: Le Café Littéraire :: Auteurs-
Sauter vers: