OTHELLO

Littérature, écriture et culture
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Henry MILLER

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sir Archibald Waters
Othelliste en chef
Othelliste en chef


Nombre de messages : 1715
Age : 43
Localisation : Toujours sur ma montagne ...
Date d'inscription : 23/11/2005

MessageSujet: Henry MILLER   Lun 28 Juil - 14:11


"Tropique du Cancer" n'est ni un roman, ni un poème, ni un essai, il est à la fois tout et rien de tout cela : c'est un vomissement. Miller dira qu'en écrivant ce livre, il s'est purgé. Avec ce que certains considèrent comme "n'appartenant pas à la littérature", c'est-à-dire la méchanceté, le mal, le sexe.

On aime ou on déteste Henry Miller mais il ne laisse personne indifférent.

Ecrivant dans une Amérique où Hemingway, Faulkner ou Dos Passos étaient les têtes d'affiche de la littérature, Miller ouvrit des horizons nouveaux avec un style nouveau. Un style ouvert, vivant, lyrique.

L'érotisme et le sexe chez Miller ne sont pas des provocations. Lecteur assidu du Kama Sutra, il a longtemps entretenu une correspondance avec Anaïs Nin, la reine de l'érotisme américain, et les femmes détiennent dans sa vie une place importante sinon primordiale. Miller ne considérait pas le sexe comme une vulgaire coucherie qui se complait dans le salace ou le voyeurisme ; il y voyait plus un lien direct entre la chair, cette "petite mort" et le divin au sens où l'entend la philosophie bouddhiste.

Miller, un écrivain qui va jusqu'au bout du mal, se maudissant lui-même :

Henry Miller a écrit:
"Je sais que je jaillis des fondateurs mythologiques de la race. L'homme qui porte la dive bouteille à ses lèvres, le criminel qui s'agenouille sur la place du Marché, l'innocent qui découvre que tous les cadavres sans exception puent, le fou qui danse le tonnerre entre les mains, le moine qui soulève les pans de son froc pour pissoter sur le monde, le fanatique qui met les bibliothèques à sac afin de trouver le Verbe - tous sont fondus en moi, tous produisent ma confusion, mon extase"

~~~~~~~~~~~~~
Rêver est une chose douce qui ne coûte rien et qui rassure. ( Tahar Ben Jelloun )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondeenquestions.forumactif.com/index.htm
 
Henry MILLER
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» HENRY MILLER UN HOMME DE PASSION ...
» le chateau de fontaine-henry
» Henry "Hank" McCoy [terminé]
» (reprise) Henry Purcell - Abdelazar suite - Rondo
» Henry David Thoreau et ses oeuvres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OTHELLO :: Le Café Littéraire :: Auteurs-
Sauter vers: