OTHELLO

Littérature, écriture et culture
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les Carnets de JC Blondel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
jc-blondel
Othelliste
Othelliste


Nombre de messages : 214
Date d'inscription : 12/03/2008

MessageSujet: pour nous deux sans orage(couronne de sonnet)   Jeu 26 Fév - 1:05

Rappel du premier message :

Couronne de sonnets

a) Quand reviennent le soir
b) Dans nos jeux
c) Un monde sans faiblesse
d) A fond dans l’allégresse

e) Au placard de l’ennui
f) Loin du repaire noir
g) Pour jouir de ce temps
h) Nous irons nous baigner

i) De ces mets défendus
j) La couse sauvage
k) Au gré des océans

l) Dans le souffle des vents
m) Pour vivre cet amour
n) Ces instants de caresse



Pour nous deux sans orage


QUAND REVIENNENT LE SOIR


Quand reviennent le soir ces instants de caresse
Nos corps au fond du lit s’abreuvent de désir
En se désaltérant aux sources du plaisir
Pour forger notre amour aux feux de la tendresse.

Ainsi nous filerons sans aucune promesse
Sur les chemins secrets où mène l’avenir
En laissant de coté cet affreux souvenir
Qui noircit nos matins des tons de la tristesse.

Nous irons parcourir la mer et l’océan
Naviguant sans répit à la force du vent
Pour cacher ce trésor dans une île lointaine.

A l’abri des regards nous vivrons sans souci
Dans un monde pour nous à la douceur sereine
Je trouve pour nos jeux le nouveau, l’inédit.

DANS NOS JEUX


Je trouve pour nos jeux le nouveau, l’inédit
En froissant de mes doigts les plis de ta dentelle
Pour découvrir ta peau de jeune demoiselle
Offerte à mon regard dans le noir de la nuit.

Je goutte les saveurs des rêves d’infini
Sous la flamme dansante au bout de la chandelle
J’allume sur ton sein la petite étincelle
Qui fait de nos ébats, un rempart à l’ennui.

Je laisserai ma main de sa fine écriture
Raconter aux lecteurs notre belle aventure
Dans l’antre d’un roman où cet amour survit.

Je poursuis chaque jour cette course sauvage
En faisant sur ton corps ce merveilleux voyage
En surfant sur les bords discrets de l’interdit.


UN MONDE SANS FAIBLESSE


En surfant sur les bords discrets de l’interdit
Nos élans d’amoureux y feront un passage
En donnant au plaisir la fantastique image
Quand s’écroulent les corps dans le centre du lit.

Au soleil du printemps le désir reverdit
Devenant conquérant, partant à l’abordage
Des douceurs des appas cachés sous le corsage
De la dame qui vient pour s’offrir vers minuit.

La beauté de l’instant nous parait merveilleuse,
Chez l’adulte, les jeux sont d’une humeur joyeuse
Quand les ébats charmeurs nous remplissent d’espoir.

A l’aube nous aurons ces moments de paresse
Après s’être jeté dans les splendeurs du noir
Nous ferons de l’amour, un monde sans faiblesse.


A FOND DANS L’ALLEGRESSE


Nous ferons de l’amour un monde sans faiblesse
Hissant son pavillon sur le mat d’un bateau
Pour montrer que parfois derrière le rideau
Il existe un pays qui se nomme tendresse.

Nos corps à corps seront sans aucune finesse
Sur la couche dorée où le rivage est beau
Quand je glisse mes doigts sur la peau de ton dos
Avant de m’arrêter sur le bord de ta fesse.

Nous partageons la nuit ces intenses moments
Où nos rêves seront à l’abri des tourments
D’un passé de rancœurs qui parfois nous oppresse.

Au festin du plaisir nous sommes invités
A déguster sans fin ces desserts annoncés
Pour vivre de désir à fond dans l’allégresse.


AU PLACARD DE L’ENNUI

Pour vivre de désir à fond dans l’allégresse
Nous bâtirons le toit de la belle maison
En trouvant le chemin tout droit vers l’horizon
Où les enfants vivront malgré le temps qui presse.

Nous aurons des bonheurs plein de délicatesse
Pour aimer sans regret qu’importe la saison
Nous ferons un château paré de ton blason
Qui sera le palais de ma douce princesse.

Dans un monde inconnu je deviendrai le roi
D’un royaume secret où le désir est loi
Avec pour seul décret celui de la confiance.

En voguant de concert sans jamais de non dit
Les querelles seront oubliées en silence
Loin du repaire noir au placard de l’ennui.


LOIN DU REPAIRE NOIR

Loin du repaire noir du placard de l’ennui
Nous aurons des soleils éclatants de brillance
Pour allumer le temps au delà du silence
En offrant à l’amour un asile, un abri.

Les duels d’amoureux sur les rings du lit
Façonnent le bonheur sans nulle discordance
En goutant chaque instant de la seule présence
De cet être chéri par ce cœur attendri.

Nocturne voyageur sur la plage éphémère
Du rivage doré du peuple de Cythère
Où tout a des odeurs, des senteurs d’infini.

Le hasard du voyage au-delà de l’errance
Nous sommes de l’amour un beau couple en partance
Pour jouir de temps qu’on appelle la nuit.


POUR JOUIR DE CE TEMPS


Pour jouir de temps qu’on appelle la nuit
Sur le fil noir tendu sur le toit de ta couche
Quand je viens déposer un baiser sur ta bouche
Doucement quand le soir s’invite dans ton lit.

J’avance mes deux mains sur ton corps qui frémi
Des qu’un ongle distrait tout simplement te touche
Mais devant ta beauté j’ai le regard qui louche
Sur ton superbe sein au galbe rebondi.

Voyageant sur ta peau jusqu’aux lueurs de l’aube
Et même si mon cœur quelquefois maraude
Sur les étroits chemins du rêve dépassé.

En venant dans tes draps ma charmante duchesse
Pour toucher de mes doigts ce bout d’éternité
Nous irons nous baigner sur des rives paresse.

NOUS IRONS NOUS BAIGNER

Nous irons nous baigner sur des rives paresse
Sous un ciel bourgeonnant de gros nuages blancs
Où parfois un rayon vient caresser nos flancs
En brunissant ta peau de superbe déesse.

Dans le cours de nos nuits toi, ma belle prêtresse
Tu m’invites souvent à m’asseoir sur des bancs
Où nous échangerons tous nos baisers brulants
Quand le désir nous plonge dans son ivresse.

Nous bâtissons pour nous à l’abri des regards
Un petit nid douillet caché dans les brouillards
Où notre amour grandi sans autres différences.

Dans l’église d’un lit loin des sous entendus
Pour faire cet autel pour unir nos enfances
Nous avons visité tous les chemins perdus.



DE CES METS DEFENDUS

Nous avons visité tous les chemins perdus
En faisant chaque soir de folles promenades
Sur les remparts flétris de viles débandades
Quand l’amour se sortait de ses sentiers battus.

Nous avons déchiffré des refrains inconnus
Pour faire des chansons de nos douces ballades
Nous sommes désormais de tendres camarades
Luttant dans des combats à peine résolus.

A l’aube, le matin quand la cloche résonne
Au clocher du beffroi lorsque l’orage tonne
Nos corps ensommeillés se parent de vertus.

La tendresse rodant telle une ensorceleuse
Se raccroche aux lambeaux de cette nuit joyeuse
Pour gouter dans l’instant tous ces mets défendus.



DANS LA COURSE SAUVAGE

Pour gouter dans l’instant tous les mets défendus
Ils attirent nos pas sur la rive adultère
Nous promettant souvent des moments de galère
Dans le satin froissé de désirs malvenus.

Apres avoir vogué vers des cœurs ingénus
Pour égayer la nuit qui paraissait austère
Dans son monde incongru balloté sans mystère
Où les astres du soir tout à coup se sont tus.

En vieil adorateur des jupons en dentelle
Je vis tous mes émois sur un bout de ficelle
Pour ne garder plus tard qu’un vague souvenir.

En nous, nous conservons l’esquisse d’une image
D’un passé qui permet de vivre un avenir
Sans jamais nous lancer dans la course sauvage.




AU GRE DES OCEANS

Sans jamais nous lancer dans la course sauvage
Quand un tendre regard poussera notre main
A découvrir l’endroit où se cache le sein
En poussant le bouton qui ferme le corsage.

Nous nous abandonnons à l’amour de passage
Qui reste dans ton lit jusqu’au prochain matin
Avant de repartir pour un autre festin
Car elle en veut beaucoup et même d’avantage.

Tu te retrouves là, plus rien pour t’émouvoir
Sur le grand fil du temps espérant pour le soir
Un corps à dénudé pour de folles ripailles.

Dans le gouffre nacré que fabriquent les ans
Pour pouvoir nous offrir de divines batailles
Nous allons voyager au gré des océans.


DANS LE SOUFFLE DES VENTS

Nous allons voyager au gré des océans
Cherchant un paradis sur une île lointaine
Un asile doré pour ma belle sirène
Abrité des tourments et des vieux ouragans.

Nous nous amuserons de ces jeux innocents
Enjolivant le temps qui fait la quarantaine
Nous nous abreuverons aux eaux de la fontaine
Qui dévalent là-bas sur l’onde des torrents.

Nous écrirons les mots qui feront notre histoire
En les rangeant au chaud, au fond de la mémoire
Pour les remémorer à nos jours vieillissants.
En hissant sur le mat notre drapeau de toile
Nous suivrons le chemin que trace notre étoile
Bataillant chaque jour dans le souffle des vents.



POUR VIVRE CET AMOUR

Bataillant chaque jour dans le souffle des vents
Pour vivre de bonheur sans nulle déchirure
Quand le zéphyr revient pour gonfler la voilure
Il vient nous emporter au travers des continents.

A force de rêver à ces appas charmants
Vous franchirez le pas pour tenter l’aventure
Rien qu’un soir seulement dans cette dictature
Qu’imposent tous les corps dans les ébats d’amants.

Avant de repartir vers cet imaginaire
J’emprunte chaque nuit cette route éphémère
Où les songes parfois sont trop vite assombris.

Dans le décor sucré du rêve de passage
Voila cet univers où tout sera permis
Pour vivre cet amour, pour nous deux, sans orage.



CES INSTANTS DE CARESSE

Pour vivre cet amour, pour nous deux, sans orage
En ajoutant des jours au total de nos nuits
Au palis du désir à l’abri des ennuis
Nos cœurs seront les rois d’un royaume bien sage.

La douceur de nos peaux dans un tendre partage
Se cherche dans nos lits où nos corps endormis
Voyagent sans façon dans des mondes bénis
En oubliant un peu tous les méfaits de l’âge.

Et nous écouterons l’aubade des matins
Dansant main dans la main sur de joyeux refrains
Echangeant sans remords des gestes de tendresse.

En écrivant les mots qui feront mes sonnets
J’attends de l’avenir des hommages sucrés
Quand reviennent le soir ces instants de caresse.



POUR NOUS DEUX, SANS ORAGE

Quand reviennent le soir ces instants de caresse
Je trouve pour nos jeux le nouveau, l’inédit
En surfant sur les bords discrets de l’interdit
Nous ferons de l’amour, un monde sans faiblesse.

Pour vivre de désir à fond dans l’allégresse
Loin du repaire noir au placard de l’ennui
Pour jouir de temps qu’on appelle la nuit
Nous irons nous baigner sur des rives paresse.


Nous avons visité tous les chemins perdus
Pour gouter dans l’instant tous ces mets défendus
Sans jamais nous lancer dans la course sauvage.

Nous allons voyager au gré des océans
Bataillant chaque jour dans le souffle des vents
Pour vivre cet amour, pour nous deux, sans orage.

jc blondel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ephemeres-les-mots.over-blog.com/

AuteurMessage
jc-blondel
Othelliste
Othelliste


Nombre de messages : 214
Date d'inscription : 12/03/2008

MessageSujet: ils s'amusent les mots   Lun 26 Mai - 18:55

[size=32]ILS S’AMUSENT LES MOTS[/size]
 
Les mots ont décidé ce soir de s’amuser
Sur l’étrange planète où règne l’écriture
Dans le palais des arts ils vivent d’aventure
Sur un tapis de vers sans rien se refuser.
 
Sur l’onde d’un sonnet, ils s’en vont diffuser
Le refrain d’un rondeau sans aucune censure
Le verbe le sait bien la rime a la peau dure
Pour finir la chanson qu’il faudra composer.
 
Sur la plaine de jeux qu’est un vieux dictionnaire
Ils servent un gamin dans son abécédaire
Pour faire de sa vie un superbe roman.
 
Ils viennent s’ajouter sur un peu de musique
Pour rendre cet instant magique et magnifique

Quand la voix d’un enfant l’emporte en chantonnant.


jc blondel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ephemeres-les-mots.over-blog.com/
jc-blondel
Othelliste
Othelliste


Nombre de messages : 214
Date d'inscription : 12/03/2008

MessageSujet: au fond d'un triage   Ven 24 Oct - 18:01

AU FOND D’UN TRIAGE
(Terminus plaque G)

Nous sommes là, rangés dans le fond d’un triage
Attendant le moment d’être un jour ferraillés
Ici, nous terminons notre ultime voyage
Seuls et abandonnés sur ces deux rails rouillés.

Ils nous ont ramenés dans un dernier convoi
Nous somme là, rangés dans le fond d’un triage
Nous subissons le temps qui nous dicte sa loi
En nous laissant dormir sur un bout de garage.

Tout au long des saisons, face à ce lent carnage
Le bois qui se pourrit, la rouille des tampons
Nous sommes là, rangés dans le fond d’un triage
Guettant amèrement la chute des boulons.

Notre travail était avant tout le transport
Nous avons circulé, on nous met au chômage.
En nous laissant pleurer sur notre propre sort
Nous sommes là, rangés dans le fond d’un triage.

jc blondel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ephemeres-les-mots.over-blog.com/
jc-blondel
Othelliste
Othelliste


Nombre de messages : 214
Date d'inscription : 12/03/2008

MessageSujet: le vaisseau maudit   Ven 24 Oct - 18:02

[size=32]LE VAISSEAU MAUDIT[/size]
 
La mer a déposé son blanc manteau d’écume
Sur le sable bruni par un bateau détruit
Qui déversa d’un coup ses tonnes de bitume,
Les restes désossés de ce vaisseau maudit
Jeté sur un rocher sous un ciel gris de brume.
 
Tout seul, il arriva du fin fond de la nuit
Bousculé par le vent sur la côte bretonne
Laissant sa cargaison s’échapper sans un bruit
Dans un monde ébahi qui pleure et qui s’étonne.
 
Les traces du progrès ont terni l’océan
Pour un peu de profit le dollar déraisonne
En quittant la nature à son sale tourment.
 
L’automne est devenu saison de l’amertume
Où le noir est resté la couleur du moment
 
Sur l’étrange tableau que l’essence parfume.

 
jc blondel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ephemeres-les-mots.over-blog.com/
jc-blondel
Othelliste
Othelliste


Nombre de messages : 214
Date d'inscription : 12/03/2008

MessageSujet: sur le blanc d'une page   Ven 7 Nov - 19:44

[size=32]SUR LE BLANC D’UNE PAGE[/size]
 
Ma plume a navigué sur le blanc de la page
Pour écrire un couplet
Les vers d’une chanson, les rimes d’un sonnet
Dans un charmant voyage.
 
J’ai donc apprivoisé cette muse sauvage
Qui vivait en secret
J’ai bousculé parfois ses émois à regret
Pour finir mon ouvrage.
 
J’ai du le soir venu me montrer indiscret
Pour avoir son partage
Lui donnant un refrain la nuit à chantonner.
 
En écrivant ces mots je dessine une image
A l’amour dévoilé

A la belle d’un jour à qui je rends hommage.


jc blondel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ephemeres-les-mots.over-blog.com/
jc-blondel
Othelliste
Othelliste


Nombre de messages : 214
Date d'inscription : 12/03/2008

MessageSujet: ce merveilleux sourire   Ven 7 Nov - 19:45

[size=32]CE MERVEILLEUX SOURIRE[/size]
 
Un gamin s’amusait sur le bord d’un ruisseau
A faire sur le sol des étranges dessins.
D’un vieux morceau de bois il faisait un radeau
Qui portait sur son dos ses rêves enfantins.
 
Il a suivi des yeux le périlleux voyage
De ce petit bateau courant vers la rivière
Cet esquif ridicule emportant son message
A travers le pays dans sa folle croisière.
 
Le gamin a rêvé sur son coin de lavoir
En regardant partir ce tout petit navire
Lequel sut accrocher en l’espace d’un soir
Au visage d’enfant ce merveilleux sourire.

 
jc blondel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ephemeres-les-mots.over-blog.com/
jc-blondel
Othelliste
Othelliste


Nombre de messages : 214
Date d'inscription : 12/03/2008

MessageSujet: les mots de mon histoire   Mer 19 Nov - 18:56

[size=32]LES MOTS DE MON HISTOIRE[/size]
 
A l’encre j’écrirai les mots de mon histoire
De mes rêves d’enfant à mes espoirs d’amant,
De mes routes d’hier à celle du présent
En traversant les ans, j’ai rempli mon grimoire.
 
Longtemps j’ai suivi, dans sa course le vent,
A l’encre j’écrirai les mots de mon histoire
Lassé de l’important, jouant sur l’illusoire
J’ai gouté le plaisir pour tuer le tourment.
 
Pour un regard, j’ai fait un beau soir un serment,
Tout en sachant déjà qu’il serait provisoire
A l’encre j’écrirai les mots de mon histoire
En me laissant porter par la brise d’autan.
 
Dans le palais du temps quand revient la nuit noire
Je retrouve en secret mon cœur d’adolescent
Dans le grand livre ouvert des souvenirs d’antant
A l’encre j’écrirai les mots de mon histoire.

 
jc blondel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ephemeres-les-mots.over-blog.com/
jc-blondel
Othelliste
Othelliste


Nombre de messages : 214
Date d'inscription : 12/03/2008

MessageSujet: un bruit comme un murmure   Mer 19 Nov - 18:57

[size=32]UN BRUIT COMME UN MURMURE[/size]
 
Sur la plage j’entends un bruit comme un murmure
C’est le souffle du vent
Il vient me raconter par delà l’océan
Sa nouvelle aventure.
 
Il a traversé le temps, les saisons, la nature
Sous un nuage blanc
Il a caressé la peau des amants sur un banc
En cachant sa blessure.
 
Il bouscule parfois par son tempérament
Un morceau de toiture
Le linge de maison, la jupe d’une enfant.
 
Il chahute parfois sans aucune mesure
Un village dormant
Avant de s’engouffrer dans la moindre ouverture.

 
jc blondel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ephemeres-les-mots.over-blog.com/
jc-blondel
Othelliste
Othelliste


Nombre de messages : 214
Date d'inscription : 12/03/2008

MessageSujet: mes mots   Lun 29 Déc - 19:35

[size=32]MES MOTS[/size]
 
Mes mots seront le seul bagage
Que j’emporte chaque matin
Je pars à dos d’alexandrin
Lorsque dans la nuit je voyage.
Ils me mènent sur le chemin
En faisant courir mon message.
Mes mots,
Ils sont présents dans mon refrain
Dans un poème de passage
Ils sont ancrés dans mon destin
Restant mon unique héritage

Mes mots.


jc blondel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ephemeres-les-mots.over-blog.com/
jc-blondel
Othelliste
Othelliste


Nombre de messages : 214
Date d'inscription : 12/03/2008

MessageSujet: le charognard   Lun 29 Déc - 19:36

[size=32]LE CHAROGNARD[/size]
 
Il est triste mon nom, je suis le charognard,
Dans ton ciel tout là-haut, je survole la plaine
Volant au fil du vent je surgis du brouillard
Pour trouver mon repas quand la faim se déchaine.
 
Au coucher du soleil, en dessous des nuages
Il est triste mon nom, je suis le charognard
Qu’importe la saison, sous l’éclair des orages
Je trouve ma pitance en suivant un renard.
 
Les charognes seront mon souper sur le tard
Lorsque mon estomac pleurera la famine
Il est triste mon nom je suis le charognard
Un vieux vautour errant perdu dans sa routine.
 
J’habite le désert, un univers sordide
Je plane dans la nuit, je dine par hasard
Assis sur le rocher où mon ombre est morbide,

Il est triste mon nom je suis le charognard.


jc blondel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ephemeres-les-mots.over-blog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Carnets de JC Blondel   Aujourd'hui à 23:05

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Carnets de JC Blondel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Nointot - DURAND BLONDEL GIBEAUX LE BERTOIS
» Acte de b de Marie BLONDEL du 5/2/1681 à Bermonville
» Les carnets de Rubens
» meurtre de jacques blondel
» "Le NP mal aimé"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OTHELLO :: Poésie et Philosophie :: Libres Rimes-
Sauter vers: